Skip to content

Le Vaccin, la nouvelle tendance 2009

7 octobre 2009

Puisque plus de 40% de la population mondiale est censée être contaminée par le virus H1N1 en 2009, les vaccins reviennent au goût du jour. En effet depuis quelques années, on ne prêtait plus trop attention aux campagnes de vaccination, notamment la grippe. Le H1N1 nous fait bien sur reconsidérer la question à notre niveau personnel mais aussi à celui de l’industrie pharmaceutique.

Une frénésie d’acquisitions depuis 1 mois :

Depuis début septembre plusieurs acquisitions majeures ont été réalisé par des « Big Pharma » pour s’emparer de laboratoires spécialisés dans les vaccins.

Abbott Laboratories va payer 5 milliards € les vaccins et le business pharmaceutique du belge Solvay, Johnson & Johnson va se porter acquéreur de 18% du Néerlandais Crucell, à hauteur de 302 millions €, pour sa technologie de vaccins et Merck a annoncé qu’il allait acheter les droits marketing du vaccin contre la grippe de l’Australien CSL.

Ces transactions récentes font suite à la méga transaction effectué par Pfizer cette année pour l’achat de Wyeth pour 68 milliards $, en partie pour prendre possession de son activité vaccin dont le Prevenar, un vaccin contre la méningite dont les ventes ont atteint 2,7 milliards de dollars en 2008.

Une belle surenchère donc.

Mais pourquoi les « Big Pharma » sont-elles obligés d’acheter des spécialistes des vaccins au moment ou les prix sont mécaniquement élevés depuis l’arrivée du virus H1N1 ?

Et bien car ces multinationales avaient vendu leurs activités de vaccin, jugées trop peu rentable, depuis plusieurs années déjà.

Les « Big Pharma » ne font donc plus de vaccins et se sont uniquement focalisés sur le traitement des « maladies » (type diabète, cholestérol ou encore dépression) qu’ils jugent plus rentable car les malades suivent ces traitements toute leur vie au contraire du vaccin que l’ont ne prend qu’une fois et qui est donc un produit de commodité.

Les vaccins seraient redevenus rentable ?

Mais comment les vaccins qui étaient jugés peu rentable il y a 5 ans sont soudainement redevenus une poule aux œufs d’or ?

Cela tiens autant aux progrès de la vaccination qu’a l’actualité du H1N1 ainsi qu’a la montée en puissance des laboratoires spécialisés dans les médicaments génériques.

Les progrès de la vaccination :

A la vue de leur faible rentabilité, les investissements dans les vaccins avaient été assez faibles cette dernière décennie. A titre d’exemple, on utilise encore des cellules d’œuf plutôt que des cellules issues de la biotechnologie pour fabriquer bon nombre de vaccin. Ces techniques étant en cours d’évolution les multinationales sont maintenant capable de négocier les doses de vaccins 10 fois plus cher qu’avant auprès des compagnies d’assurances car les nouvelles techniques permettent de prévenir l’apparition des maladies plutôt que de les traiter a posteriori. Le coût pour traiter une personne déjà malade étant énorme, ces vaccins « préventifs » peuvent alors se vendre plus cher. Il en résulte une amélioration de la rentabilité.

L’arrivée du H1N1 :

Le virus de la grippe A et sa dimension pandémique a fait bouger les mentalités auprès des principaux acheteurs de vaccins, les Etats. En effet, devant l’urgence de la situation les gouvernements n’hésitent pas à dépenser sans compter. Les usines de vaccins tournent maintenant à plein régime, de nouvelles étant aussi en construction, faisant profiter de très fortes économies d’échelles. Simple application de la loi de l’offre et la demande, les fabriquant sont maintenant en position de force et peuvent mieux négocier leurs prix.

La lutte contre les laboratoires génériques :

Les grands laboratoires sont actuellement sous la pression commerciale des médicaments génériques qui trouvent de plus en plus de succès du fait de leurs prix inférieurs. En 2013, un grand nombre de brevets sur des médicaments vedettes expireront laissant le champs libre à de nouveaux concurrents. Les « Big Pharma » doivent donc se préparer à la bataille et trouver de nouveaux relais de croissance.

Les nouvelles perspectives de rentabilité et de ventes des vaccins en font donc un segment de marché tout à fait intéressant. De plus, la complexité de fabrication des vaccins, par rapport aux médicaments standards, crée une forte barrière à l’entrée de ce business et permettra aux multinationales d’éloigner les laboratoires génériques de ce marché à nouveau florissant.

Actuellement les vaccins représentent seulement 3% du marché de la pharmacie mais ils ont une croissance deux fois supérieure, de l’ordre de 10 à 15% par an malgré la crise.

La combinaison de tous ces éléments entraîne donc un regain d’intérêt certain pour les vaccins. Mais tout le monde n’est pas préparé de la même façon face à une éventuelle pandémie.

De la pandémie à la psychose ?

En dehors de toutes considérations économiques, l’implantation des sites de production de vaccins sont susceptibles de créer quelques tensions.

En effet si en France Sanofi a déjà prévu de dédier, si besoin, un site à la fabrication du vaccin anti-grippe, tous les pays ne sont pas en mesure de faire de même. Les Etats-Unis, ne produisent que 20 % des vaccins contre la grippe qu´ils consomment et la Grande-Bretagne les fait tous fabriquer à l´étranger. De manière générale, 70 % des stocks de vaccins saisonniers sont fabriqués en Europe et rares sont les pays auto-suffisants.

Du coup, les experts redoutent des tensions internationales pour l´accès aux stocks de vaccins. Si la maladie, jusqu´ici relativement bénigne, s´aggrave, «les pays vont vouloir garder les vaccins pour leurs propres citoyens», s´inquiète le directeur du Centre pour la recherche sur les maladies infectieuses et la politique (Cidrp) à l´université du Minnesota, Michael Osterholm.

«Un vaccin pandémique sera une ressource rare et précieuse, comme l´huile et la nourriture en période de famine», prévient David Fidler, professeur de droit à l´université de l´Indiana, qui a travaillé pour l´OMS. «Nous avons déjà vu comment les pays se comportent dans de telles situations et ce n´est pas encourageant.» En France, il a déjà été prévu de faire surveiller les usines de production par les forces de police.

En attendant lavez-vous bien les mains pour éloigner les bactéries !!

Partagez cet article :

Add to FacebookAdd to DiggAdd to Del.icio.usAdd to StumbleuponAdd to RedditAdd to BlinklistAdd to TwitterAdd to TechnoratiAdd to Yahoo BuzzAdd to Newsvine

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :